lundi 20 juin 2016

Undone (Revanche) - CAT CLARKE

L’histoire :
Kai et Jem sont les meilleurs amis du monde. Elle est amoureuse de lui et il est gay. Après une soirée, une vidéo circule au sein de tout le lycée, une vidéo de Kai avec un autre garçon. Cette vidéo va détruire Kai et le pousser à suicider. Après quoi, Jem décide de tout faire pour savoir qui est responsable et se venger.

Mon avis :
J’avais ajouté ce livre à ma wishlist après avoir visionné une vidéo de Margaud Liseuse, qui en disait beaucoup de bien, après quoi mes parents me l’ont offert à Noël dernier. J’ai finalement décidé de le sortir de ma PàL ce mois-ci car il correspondait à la consigne du mois du challenge Un genre par mois, à savoir lire un roman Jeunesse.

Je ressors de ma lecture finalement assez mitigée. Je m’explique : je n’ai pas du tout aimé ma lecture quasiment du début à la fin. Sauf que justement, il y a cette fin assez extraordinaire.

J’ai commencé ma lecture en découvrant la volonté un peu dissimulée de l’auteure de ne pas se soumettre aux clichés habituels. Dès le prologue, Jem affirme que sa situation « explose tous les clichés ». Parce qu’elle est amoureuse de son voisin et que son voisin est gay. C’est pour ma part dès ce moment-là que j’ai commencé à me méfier de ce roman. Car cette situation me semble effectivement cliché au possible.

Et effectivement, tout le long du roman, nous sommes soumis à toute une série de clichés sur la vie lycéenne, qui nous sont largement présentés par le biais des très nombreux préjugés de Jem. Parlons un peu de Jem maintenant, car c’est notre narratrice, notre personnage principal. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, elle a été la raison principale pour laquelle j’ai eu du mal à apprécier ma lecture. Car à aucun moment du livre je n’ai cautionné la moindre de ses pensées ou de ses actions. Tout ce qu’elle pense et fait, tout me semble malsain. Son désir de se suicider, cette fixation sur la vengeance… être dans la tête de Jem m’a mise mal à l’aise. Et j’ai détesté les actions qu’elle a mises en œuvre dans le cadre de sa vengeance.

Autre aspect de ce roman qui m’a gênée, les lettres mensuelles de Kai. Ne vous méprenez pas, j’aime beaucoup l’idée et j’ai apprécié de découvrir le personnage de Kai par ce biais, mais cette idée a déjà été exploitée dans un autre roman, PS I love you de Cecelia Ahern, et ici, ça m’a tout de suite fait l’impression d’une mauvaise copie. Et puis du coup, ça n’en fait pas plus un roman original.

Nous en arrivons enfin à la partie qui rattrape un peu ce roman à mes yeux : la fin. Tout au long de ma lecture j’ai été dérangée par les propos de Jem, je n’arrêtais pas de me dire que ce livre était à destination d’un public jeune et défendait des principes immoraux. Mais l’auteure a su dans son dénouement résoudre ce problème, de la seule façon possible, bien que je ne pensais pas que ça se terminerait comme ça. Avec cette fin, on peut dire qu’il y a une morale, un message délivré par ce roman. Un message de tolérance, bien sûr, ce message-là est clair pendant tout le roman, mais aussi un message sur la portée que peuvent avoir nos actes et paroles sur les personnes qui nous entourent, sur le fait de profiter de la vie qui nous est offerte tout simplement, sans perdre de temps avec des pensées et actes négatifs.


Pour résumer, je dirais que ce roman ne m’a pas plu, mais que j’ai su apprécier le message qu’il délivrait, même  si cela n’a pas suffi à me faire oublier les mauvais moments passés dans la tête de Jem.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire