lundi 30 mai 2016

Un secret - PHILIPPE GRIMBERT


 
L’histoire :
Dans ce récit autobiographique, Philippe Grimbert nous raconte l’histoire de sa découverte d’un très gros secret de famille, un secret qui remonte aux temps de la 2de Guerre Mondiale et de l’Holocauste.

Mon avis :
J’ai acheté ce livre il y a quelques jours lors d’une visite au CAPS (équivalent d’Emmaüs). J’avais entendu beaucoup de bien de ce roman qui, je me le rappelle, m’avait tentée au moment de la sortie du film. A 50 centimes le livre, je n’ai pas trop hésité. J’avais envie d’une lecture courte alors ce petit roman de 180 pages tombait très bien.

J’ai eu au début un peu de mal avec l’écriture du livre. Je trouvais les pensées du narrateur désordonnées et du coup, j’avais du mal à suivre. Et puis, une fois qu’on se retrouve dans le récit, et plus dans les pensées du narrateur, tout est devenu plus clair et compréhensible et m’a permis de bien profiter de ma lecture. Le format très court de ce roman m’a semblé adapté au récit, cette brièveté apporte pour moi beaucoup à l’histoire, la rendant unique là où un récit plus long l’aurait rendu anodin au milieu de tant de romans traitant du même sujet.

Le livre étant très court, la psychologie des personnages n’est pas très poussée, ne rendant par là aucun personnage attachant ou à qui s’identifier mais cela me semble même mieux ainsi. Les personnages ne sont là pour moi que pour servir l’histoire. Et quelle histoire…

J’ai vraiment adoré cette histoire, ce secret gardé. Il faut dire qu’elle a certains de mes ingrédients favoris : une jolie histoire d’amour en pleine seconde guerre mondiale. Et le fait qu’elle soit réelle ne la rend que plus appréciable à mes yeux. A force de lire des écrits sur la seconde guerre mondiale, on se demande parfois si les écrivains n’empirent pas les choses pour servir leur récit (même si on sait que non, rien n’est exagéré, parfois il est impossible de ne pas se poser la question) mais la question est ici inutile. Sincèrement, si l’histoire n’était pas vraie, j’aurais estimé certains événements non crédibles.


En bref, une très belle petite histoire, qui se lit très bien, passées les 50 premières pages que j’ai dévorée.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire